Aimée André entreprit très tôt une quête spirituelle et s’impliqua principalement au sein de la Fraternité Rosicrucienne, une organisation d’inspiration théosophique fondée par Max Heindel.

Très active dans le sud de la France où elle vivait (Vence), elle s’efforça de transmettre les enseignements qu’elle avait découverts au sein de ce mouvement.

Plus globalement inspirée par la pensée nouvelâgiste, elle publia, en 1983, un livre de réflexion spirituelle intitulé «Approche d’une vie intérieure».

Ceci étant, elle se consacra principalement à l’enseignement et à la pratique de l’astrologie à laquelle elle initia Guy Dupuis qui devint un éditeur bien connu des œuvres de Max Heindel traduites en français.

Elle publia vers la fin de sa vie une synthèse de ses recherches en astrologie dans un ouvrage intitulé «Astrologie spirituelle : Éthique et pratique».

Aimée André

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image

Aucune image